Commerce électronique : le monde alimentaire québécois a pris un retard dangereux

Par Lionel Levac

Alain Dumas, V. P. Marketing et stratégie numérique, l’Aubainerie | Crédit : Agro Québec

Alain Dumas s’adressait il y a quelques jours aux participants du Porc Show 2017 et soutenait devant cet auditoire que les producteurs et les transformateurs alimentaires du Québec doivent rapidement devenir beaucoup plus présents sur les sites transactionnels alimentaires.

À défaut de pénétrer le marché du commerce électronique de l’alimentation et de s’y installer vraiment, les producteurs et transformateurs pourraient perdre beaucoup. Pour Alain Dumas, il est non seulement possible, mais il est souhaitable d’utiliser le cybercommerce pour soutenir l’achat local.

Lionel Levac s’est entretenu avec Alain Dumas, à la suite de sa présentation au Porc Show 2017. Écoutez l’entrevue sur le site Web d’Agro Québec.

Saviez-vous que…

Pour l’année 2016-2017, 6 776 entreprises agricoles ont bénéficié du Programme services-conseils – domaine agroenvironnement, soit 24 % des entreprises agricoles du Québec. Elles regroupaient 43 % (906 620 ha) des superficies cultivées au Québec. De cette superficie, 299 487 ha étaient en prairies (42 % des superficies en prairie du Québec) et 178 332 ha en maïs-grain (41 % des superficies en maïs-grain du Québec).

Ces entreprises agricoles regroupaient aussi 38 % (703 607 u.a.) du cheptel québécois, dont 246 700 u.a. en production laitière (44 % du cheptel laitier québécois) et 260 274 u.a. en production porcine (35 % du cheptel porcin québécois).

Pour de plus amples informations, consultez le Rapport annuel 2016-2017 sur les services-conseils offerts aux entreprises agricoles, administrés par les réseaux Agriconseils. Il est disponible en ligne dans la section « Publications » du site Web de la CSC.

Saviez-vous que…

Depuis presque deux ans déjà, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec a mis en place une stratégie pour permettre la croissance du secteur biologique. Celle-ci permet entre autres de bonifier l’aide financière offerte aux entreprises agricoles pour les services-conseils en agroenvironnement, en gestion et en encadrement technique.

En 2016-2017, la bonification a permis de remettre 713 135 $ aux entreprises agricoles pour des services-conseils en production biologique.

Pour de plus amples informations, consultez le Rapport annuel 2016-2017 sur les services-conseils offerts aux entreprises agricoles, administrés par les réseaux Agriconseils. Il est disponible en ligne dans la section « Publications » du site Web de la CSC.

Le problème d’infiltration

Par Louis Robert, agr.
Conseiller expert en grandes cultures-secteur des grains au MAPAQ de la Montérégie

Le problème d’infiltration

Face aux risques d’inondation, certainement de plus en plus réels dans les prochaines années, une remise en question de nos pratiques culturales doit faire partie de la réflexion globale, au lieu de seulement penser à construire des digues et autres structures. Non seulement cette réflexion est pertinente à l’échelle des champs de l’entreprise agricole et du bassin versant, mais elle l’est aussi à l’échelle planétaire. L’organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) y consacre d’ailleurs beaucoup d’efforts depuis quelques années.

Lisez le texte complet en accédant au blogue.

Saviez-vous que…

En 2016-2017, 10 072 entreprises agricoles se sont prévalues du Programme services-conseils destiné à appuyer les gestionnaires dans la conduite de leurs affaires. Compte tenu qu’au 31 mars 2017 le secteur agricole comptait 28 027 entreprises agricoles, cela signifie que 36 % d’entre elles ont bénéficié d’aides financières pour obtenir des services-conseils répondant à leurs besoins.

Pour de plus amples informations, consultez le Rapport annuel 2016-2017 sur les services-conseils offerts aux entreprises agricoles, administrés par les réseaux Agriconseils. Il est disponible en ligne dans la section « Publications » du site Web de la CSC.

Publication du Rapport annuel 2016-2017 sur les services-conseils offerts aux entreprises agricoles, administrés par les réseaux Agriconseils

La Coordination services-conseils vous informe que son Rapport annuel 2016-2017 sur les services-conseils offerts aux entreprises agricoles, administrés par les réseaux Agriconseils est maintenant disponible.

Ce document présente une description sommaire des interventions du Programme services-conseils, ainsi qu’un portrait des exploitations agricoles accompagnées par les dispensateurs en agroenvironnement, pour la période du 1er avril 2016 au 31 mars 2017.

Nous vous invitons à le consulter sans tarder! Il est accessible en ligne dans la section « Communications/Publications ».

Portrait de la main-d’oeuvre agricole au Québec

Par Jean-François Drouin
Chargé de projet au Centre d’études sur les coûts de production en agriculture

La main-d’œuvre est devenue un enjeu majeur en agriculture au cours des dernières années et la quantité de manchettes à ce sujet le démontre. Son impact sur la rentabilité financière des entreprises dans un contexte de compétitivité ne se dément pas.

Une analyse des données des études de coûts de production des dernières années confirme que c’est sur le travail des exploitants-propriétaire que reposent d’abord les entreprises. Ces dernières comptent en moyenne 1,7 exploitant-propriétaire consacrant chaque année 2 388 heures à leur entreprise. Ceci représente 59 % du travail effectué.

Lisez le texte complet en accédant au blogue.