Essais de longue durée au CÉROM : effets de la fertilisation (4 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Dans le présent article, nous nous attarderons à l’effet de la fertilisation.

Sommaire de l’effet « fertilisation »

Selon les observations réalisées au cours des dix premières années de l’essai, la fertilisation minérale constitue un intrant fondamental en grandes cultures. L’azote constitue généralement l’élément le plus limitant à l’obtention de bons rendements en grandes cultures, hormis les légumineuses, bien sûr. Toutefois, l’importance de la fertilisation varie selon l’espèce ensemencée de même que l’utilisation ou non de la rotation de cultures. Bien entendu, les fluctuations annuelles des conditions météorologiques peuvent influencer fortement les rendements des cultures en favorisant ou non la contribution du sol par les processus de minéralisation…

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.

Assurance collective et protection d’assurance salaire de longue durée

Nous désirons rappeler aux organisations qui détiennent une assurance collective administrée par la Coordination services-conseils (SAGE assurances) que plusieurs protections vous sont offertes, entre autres une assurance salaire de longue durée.

Savez-vous ce qui arrive lorsque vous êtes incapable de travailler durant plus de 16 semaines (le délai du chômage-maladie)? Si vous n’avez pas de protection d’assurance salaire de longue durée, vous ne recevez aucun revenu sauf si vous devenez admissible à l’aide sociale ou dans de rares cas, à la RRQ.

Sachez que :

  • La protection offerte dans le régime permet de recevoir environ 80 % de votre revenu net (sans fournir aucune preuve de bonne santé) indexé au coût de la vie et ce, payable jusqu’à 65 ans;
  • Durant vos années au travail, 2 personnes sur 5 auront besoin de cette protection. Ce chiffre est en hausse avec de plus nombreux cas reliés à la santé mentale.

Pour toute question sur cette protection ou autre, vous pouvez communiquer avec SAGE. Des professionnels sont disponibles pour vous conseiller.

Essais de longue durée au CÉROM : effet des rotations (3 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Dans le présent article, nous nous attarderons à l’effet des rotations, tout particulièrement à l’effet de la rotation à trois cultures (maïs-soya-blé) comparativement à la monoculture de maïs-grain.

Nous discuterons de l’effet des rotations en retenant les années 2008, 2011, 2014 et 2017. L’année 2008 est retenue parce qu’il s’agit de l’année d’implantation de l’essai. Les trois autres années correspondent au début de chacun des cycles de l’assolement de trois ans. Toutes les parcelles sont alors ensemencées en maïs-grain, ce qui permet de faciliter les comparaisons entre les rotations. Pour simplifier l’analyse et l’interprétation, nous nous limiterons à ne présenter que les données relatives aux parcelles ayant reçu uniquement de la fertilisation minérale.

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.

Participation aux consultations du MAPAQ sur le PSC

La démarche d’amélioration du Programme services-conseils (PSC) amorcée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) se poursuit en s’appuyant sur les quelque 250 répondants ayant participé au sondage réalisé au printemps dernier. Dans l’ensemble, les résultats identifient un certain nombre d’irritants liés au PSC, touchant tant les aides accordées que les procédures administratives. En ce qui concerne les relations avec les réseaux Agriconseils, les résultats montrent un niveau de satisfaction très appréciable. Enfin, la priorisation établie par les répondants, quant aux problématiques rencontrées et améliorations souhaitées, a permis d’établir des pistes d’action susceptibles de simplifier le PSC et de réduire sa lourdeur administrative.

Dans les prochaines semaines, la Direction de la planification et des programmes (DPP) amorcera une étape cruciale de la démarche, soit les consultations des conseillers et conseillères. Ces consultations permettront de valider les pistes d’action en termes de faisabilité, ainsi que d’amélioration au PSC et le cas échéant, de bonifier celles-ci. Afin de réaliser cette étape, des groupes de discussion seront constitués autour de domaines d’activité et de thématiques couvrant les améliorations du PSC. Les consultations se tiendront par visioconférence du 21 septembre au 9 octobre 2020.

Conseillers et conseillères agricoles, vous êtes donc invités à participer à ces consultations en vous inscrivant à partir du lien ci-dessous. Selon le domaine d’activité qui vous intéresse, vous pourrez sélectionner parmi les différentes dates de tenue de groupes de discussion, celles qui vous conviennent le mieux.

Ne manquez pas la chance de contribuer à l’amélioration du PSC, inscrivez-vous dès maintenant!

Pour toute question relative à la démarche en cours, vous êtes invité à communiquer avec l’équipe services-conseils à l’adresse électronique suivante : sc@mapaq.gouv.qc.ca

La Direction de la planification et des programmes

Essais de longue durée au CÉROM : effet des régies (2 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée dans le domaine agricole qui soient en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Pour simplifier l’analyse et l’interprétation, nous nous limiterons à ne présenter que les données relatives aux parcelles ayant reçu uniquement de la fertilisation minérale dans le cadre d’une rotation de trois ans selon la séquence maïs-soya-blé. Les deux modes de gestion des résidus (exportation et intégration) sont combinées dans la présentation de nos résultats.

Il est généralement reconnu qu’il existe une période de transition lorsque l’on passe d’une régie conventionnelle vers une régie en semis direct. Cette période peut varier, en moyenne, de trois à cinq ans ou plus selon les caractéristiques du sol, du type de la rotation (durée, cultures, etc.) et, bien sûr, des conditions météorologiques.

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.

Essais de longue durée au CÉROM : description (1 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Les activités de recherche en agriculture se limitent, bien souvent, à des essais au champ de courte durée. Bien que les activités agricoles soient généralement exercées sur le long terme, les recherches effectuées au champ sont rarement financées sur des horizons de plus de 3 à 5 ans. Cette situation limite donc la mesure des réels changements provoqués par l’adoption des pratiques agricoles et des conséquences sur la durabilité de l’environnement agricole de celles-ci.

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée actuellement en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. La gestion des parcelles est sous la responsabilité directe du CÉROM, qui en assume aussi les coûts annuels de fonctionnement. La conception de l’essai est le fruit d’un travail conjoint avec des partenaires du MAPAQ, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, de quelques universités et du CÉROM.

Les facteurs retenus

L’essai implanté au champ comporte quatre grands facteurs : le travail du sol (TS), la rotation (ROT), la fertilisation (FER) et la gestion des résidus de culture (RES). À ces quatre grands facteurs s’ajoutent aussi toutes les interactions pouvant jouer entre ces facteurs qu’elles soient simples, doubles ou triples. La présence d’interactions significatives entre un ou plusieurs facteurs rend beaucoup plus complexe l’interprétation des données. Or, il est bien connu que le monde du vivant est complexe et que l’interaction entre les facteurs nous permet de mieux en appréhender ses subtilités. Comme le dit l’expression, le diable est dans les détails.

Le travail du sol et les rotations

Nous avons retenu deux niveaux de travail du sol (TS). Le premier travail de sol était de type conventionnel, comportant un labour à l’automne à 20 cm de profondeur après la récolte des cultures, suivi de passages d’un vibroculteur avant le semis au printemps suivant. Le second travail du sol consistait au semis direct. Le passage d’un…

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.