Rappel | Dépôt des documents aux réseaux Agriconseils : fin d’année

Les réseaux Agriconseils appliqueront tous les mêmes dates limite pour la réception des livrables, quel que soit le domaine d’activité :

  • Ainsi, les contrats de service doivent être déposés au plus tard le 29 janvier 2021.
  • Quant aux rapports d’intervention et aux factures, ils doivent être transmis au plus tard le 19 février 2021.

Ces dates s’appliquent pour toutes les demandes en lien avec le Programme services-conseils : les services-conseils individuels, les services-conseils collectifs ainsi que les déplacements.

Obtenez plus de renseignements en communiquant avec le réseau Agriconseils de votre région.

Dépôt des documents aux réseaux Agriconseils : fin d’année

Les réseaux Agriconseils appliqueront tous les mêmes dates limite pour la réception des livrables, quel que soit le domaine d’activité :

  • Ainsi, les contrats de service doivent être déposés au plus tard le 29 janvier 2021.
  • Quant aux rapports d’intervention et aux factures, ils doivent être transmis au plus tard le 19 février 2021.

Ces dates s’appliquent pour toutes les demandes en lien avec le Programme services-conseils : les services-conseils individuels, les services-conseils collectifs ainsi que les déplacements.

Obtenez plus de renseignements en communiquant avec le réseau Agriconseils de votre région.

La gestion du changement en 5 étapes- Psychologue des affaires

Source : Pierrette Desrosiers, M. Ps., psychologue du travail, conférencière, coach d’affaires

Connaissez-vous les 5 étapes à traverser avant un changement?

Prendre conscience qu’il faut changer une mauvaise habitude, c’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant pour réussir ce changement!

Bien que l’être humain soit un être de projet et de changement, il faut bien avouer qu’il ne change pas si facilement et si rapidement. Par exemple, beaucoup de gens sont conscients qu’il faut faire de l’exercice, mieux s’alimenter, faire sa comptabilité à temps. Pourtant, lorsqu’il s’agit de s’y mettre, c’est autre chose. Entre nos intentions et nos actions, il y a parfois des écarts très importants.

Bien que certaines mauvaises habitudes sont anodines, comme celle de laisser traîner ses chaussettes, d’autres peuvent engendrer de graves conséquences autant d’un point de vue personnel, familial ou au sein de l’entreprise. Le changement de nos habitudes ne s’opère pas en une nuit. C’est un processus constitué d’étapes bien établies.

Les 5 étapes du changement

1- La préintention

La première étape est la phase de l’autruche ou de déni. Malgré certains indices, on ne reconnaît pas le problème, ou encore, on reporte la faute sur autrui ou sur la société.

Pour cette étape, posez-vous ces questions : Est-ce que j’ai l’impression de toujours répéter les mêmes erreurs? Est-ce que les autres me reprochent toujours tel fait ou tel comportement? Est-ce que j’ai l’impression de ne pas avancer par rapport à mes objectifs de carrière et de vie? Discutez-en avec un ami ou un proche qui saura vous confronter amicalement.

2- L’intention

On reconnaît qu’il y a un problème et que l’on aimerait bien changer. C’est la phase du « je devrais faire ceci ou cela ». À ce stade, beaucoup de gens piétinent et remettent à plus tard. La prise de conscience doit s’accompagner d’une charge émotive suffisamment forte pour que l’on passe à l’action. Cela doit faire mal ou l’on doit espérer beaucoup de positif pour changer.

Lisez la suite sur le site Web de Pierrette Desrosiers.

Documents à remettre aux réseaux Agriconseils

La Coordination services-conseils (CSC) vous rappelle que vous devez toujours déposer le contrat de service au réseau Agriconseils de la région d’appartenance de l’entreprise agricole apparaissant au contrat, sans égard au lieu de travail du dispensateur.

Pour connaître le contenu minimal d’un contrat de service, consultez l’annexe A de votre Entente d’admissibilité d’un dispensateur de services-conseils aux entreprises agricoles et agroalimentaires. Un exemple de ce document est disponible sur le site Web des réseaux Agriconseils.

Votre service est terminé ou vous avez produit une facture de mi-parcours à votre client? Déposez la facture signée par votre client et le livrable pour obtenir l’aide financière prévue.

Nouveauté! Dans l’idée d’accompagner les dispensateurs, la CSC a mis en ligne des vidéos explicatives (contrat de service, facture, ConsignO Cloud) sur le site Web des réseaux Agriconseils sous « Je suis conseiller/Capsules d’aide ». N’hésitez pas à les visionner!

Vous avez des questions? Contactez le réseau Agriconseils de votre région.

L’indice du plaisir du client

Source : Jean-Pierre, expert-conseil, formateur et conférencier en vente, mise en marché et service à la clientèle. Auteur du livre : « Le Coeur aux ventes »

En règle générale, les clients font affaire avec vous parce que vous avez été capable d’établir un climat de confiance supérieur à vos concurrents tout au long du cycle de vente. Cette confiance est essentielle à votre réussite et, si vous combinez cette confiance à un sentiment de bonheur et de plaisir du client lors du processus d’achat, votre taux de succès augmentera considérablement.

Qu’est-ce que l’indice du plaisir du client? C’est l’ampleur du sentiment de bonheur et de bien-être que le client ressent lorsqu’il est en votre présence! L’indice montre à quel point il se sent spécial, heureux et important à chaque étape du cycle de vente. Il est associé à une approche relationnelle fondée sur la pleine satisfaction du client.

Ce sentiment positif doit être créé par vous, et ce, de façon naturelle et authentique, non en voulant le manipuler. Si votre réelle intention est de lui vendre vos produits et vos services à tout prix, vous vous positionnerez davantage comme un manipulateur qui est prêt à tout pour conclure une vente, mais si votre intention est de réellement l’aider à réaliser ce qu’il désire plus rapidement et plus efficacement, alors il est de votre devoir de vous positionner favorablement pour obtenir un impact positif dans sa vie ou ses affaires.

Vous pouvez utiliser cette approche dans toutes les situations de votre vie, que ce soit avec votre conjoint, vos enfants, vos collèges, votre patron, etc., bref toutes les personnes avec lesquelles vous avez des interactions; plus les gens se sentiront bien avec vous, plus vos chances de les influencer positivement seront grandes.

Quelques idées pour augmenter l’indice du plaisir du client

  1. Vous devez connecter rapidement avec le client. Pour se faire, soyez bien préparé, faites des recherches sur la personne que vous rencontrerez et échangez sur un ou plusieurs éléments positifs que vous avez en commun. Les gens aiment faire affaire avec les gens qui leur ressemblent et qui sont capables…

Lisez la suite sur le site Web de JPL Communications inc.

COVID-19 : Comment rester en contact avec les clients pendant la crise

Source : BDC

Envisagez de revoir votre marketing numérique pour communiquer efficacement avec les clients
En raison des mesures de distanciation sociale prises pour limiter la propagation de la COVID-19, la plupart des entrepreneurs ne peuvent plus rencontrer leurs clients en personne.

Compte tenu de cette nouvelle réalité, les appels téléphoniques, les médias sociaux et un site Web sont peut-être les seuls moyens pour les entrepreneurs de rester en contact avec les clients. Il est probablement plus important que jamais que vous vous assuriez d’utiliser ces outils efficacement.

« C’est l’occasion de repenser votre marketing. De nombreuses entreprises ne maîtrisent pas encore parfaitement le marketing en ligne. C’est le bon moment d’utiliser pleinement ces outils et de conserver ces habitudes à long terme », déclare Françoise Sonnet, conseillère d’affaires à BDC.

« Le marketing numérique devrait, dit-elle, figurer parmi vos principaux outils de marketing, car il offre un rendement du capital investi inégalable de même que les meilleures possibilités de mesure. »

Mme Sonnet, qui aide les entrepreneurs à élaborer leurs stratégies de vente et de marketing, offre les conseils suivants à ceux qui veulent rester en contact avec leurs clients pendant la crise actuelle.

Informez les clients des changements dans vos activités
En cas de crise, la première chose à faire est d’informer les clients des changements que vous apportez à vos activités habituelles. Si vous ne l’avez pas encore fait, utilisez votre site Web et vos canaux de médias sociaux pour mettre vos clients au courant de ce qui suit :

  • changements liés à vos établissements et aux heures d’ouverture
  • disponibilité de vos produits et services :
    • les délais de livraison sont-ils modifiés?
    • interrompez-vous la vente de certains produits pour le moment?
    • des produits sont-ils en rupture de stock?
    • les services sont-ils fournis d’une manière différente?
    • le lancement de certains produits est-il retardé?
  • annulation d’événements
  • mesures prises par votre entreprise pour limiter la propagation de la COVID-19

Lisez la suite de l’article sur bdc.ca.

Essais de longue durée au CÉROM : les interactions (6 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée en cours de réalisation. L’une d’elles s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Dans ce dernier article, nous nous attarderons à l’effet des interactions entre les différents facteurs de l’étude, soit les régies, les rotations, la fertilisation et la gestion des résidus.

Les facteurs principaux

Pour débuter, parlons un peu des quatre grands facteurs principaux de l’étude en nous limitant uniquement à l’étude des rendements. L’effet de ces quatre facteurs a été évalué annuellement au cours des dix années de l’étude, pour un total de 40 analyses.

L’effet de la fertilisation a été significatif au cours de chacune des dix années de l’essai. L’effet de la rotation était le second facteur le plus fréquemment significatif, avec huit années sur dix. L’effet de la rotation n’a pas été significatif en 2008 et en 2011. L’effet de la régie et de la gestion des résidus suivaient respectivement avec six et cinq années. L’effet de l’un ou l’autre des quatre facteurs s’est avéré significatif à 29 reprises sur les 40 possibilités évaluées tout au long de l’étude, soit dans une proportion de près de 75 %.

Il est intéressant de constater que les facteurs principaux retenus dans notre étude aient tous eu des effets significatifs marqués sur les rendements en grains. Les analyses des résultats des cinq premiers articles se sont toutefois limitées uniquement aux effets simples des facteurs principaux. Dans des systèmes ouverts en grandes cultures, il y a de nombreux phénomènes hors de notre contrôle et il y a aussi des interactions possibles entre les facteurs sous notre contrôle. Toute expérimentation comportant plusieurs facteurs à l’étude est beaucoup plus simple à analyser lorsqu’il n’y a pas d’interactions significatives. Bien que la présence d’interactions rende plus difficile l’analyse des résultats…

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.