Septembre, le mois des semis

Source : Mathieu Bilodeau, Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
Collaborateur : Francis Allard, professionnel de recherche en grandes cultures

L’été est presque fini, c’est le temps des semis. Quelle hérésie diront certains! Pourtant, les céréales d’automne, fort populaires en Ontario, commencent à être en vogue au Québec, particulièrement le blé et les nouveaux seigles hybrides qui sont maintenant bien visibles dans les champs avant l’arrivée de la neige. L’hiver 2020 surpassera-t-il tous les records, d’autant plus que la Financière agricole offrira pour la première fois cette année une protection contre la mortalité hivernale?

Les céréales d’automne s’adaptent au froid pour survivre à l’hiver et sont récoltées une vingtaine de jours avant les céréales de printemps. Tout dépendant des régions du Québec, il est temps de semer et de profiter des nombreux avantages qu’elles procurent :

  • Elles offrent notamment 25 % à 40 % plus de rendement que les céréales de printemps.
  • Elles freinent l’érosion causée par les fortes pluies automnales et printanières.
  • Elles présentent tous les avantages d’un engrais verts, mais le producteur en tire un revenu important.
  • Elles réduisent le recours aux herbicides, car, déjà bien implantées au printemps, elles compétitionnent les mauvaises herbes.
    L’effet de rotation augmente les rendements des cultures subséquentes.

De plus, semer des superficies à l’automne réduit la charge de travail pendant le « boom » du printemps.

Lisez la suite sur le site Web Agri-Réseau.