Un nouveau projet à la CSC!

Le projet « Diagnostic sur l’offre et les besoins en matière de services-conseils destinés aux entreprises agricoles d’agrotourisme et misant sur des stratégies de mise en marché de proximité » vise à brosser un portrait de l’offre et des besoins en matière de services-conseils destinés aux entreprises agricoles d’agrotourisme et de transformateurs artisans.

Principalement, il consiste à recueillir les besoins des entreprises agricoles au moyen de groupes de discussion faits dans différentes régions du Québec. Cette information sera complétée par des sondages auprès d’entreprises et de conseillers. L’analyse des résultats permettra de mieux cerner l’offre en services-conseils dans ce secteur et d’identifier les besoins des entreprises pour lesquelles l’expertise doit être développée.

Le résultat du projet sera la proposition de pistes d’amélioration et une liste des actions à réaliser à court terme, ainsi que les indications sur la façon de les implanter.

Ce projet vous intéresse? Surveillez les prochaines éditions de La CSC vous informe! pour connaître les développements.

Ce projet est financé dans le cadre du volet 3 du Programme services-conseils du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Il est réalisé par la Coordination services-conseils, en collaboration avec la Coopérative pour l’Agriculture de Proximité Écologique, l’Association des Marchés publics du Québec, l’Économusée, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine, l’Union des producteurs agricoles et le MAPAQ.

Outils d’animation du réseau de vitrines à la ferme

Dans le cadre du projet « Réseau de vitrines à la ferme pour favoriser la réduction des risques liés aux pesticides en grandes cultures », les comités experts ont développé des présentations PowerPoint et des outils d’animation (trois affiches sur les maladies du soya et des 11 x 17 plastifiés à partir des présentations sur la résistance des mauvaises herbes ou sur les ravageurs des semis) ainsi qu’un atelier sur les EPI.

La Coordination services-conseils (CSC) vous offre la possibilité d’utiliser ce matériel pour animer vos rencontres. Vous n’avez qu’à payer les frais de transport.

Obtenez plus de renseignements en contactant Mme Marie-Claude Lapierre, chargée de projet à la CSC, au 450 679-0540, poste 8733 ou à mclapierre@coordination-sc.org.

Le mammouth qui piétine notre ego : pourquoi réagissons-nous tant à la critique?

Source : Pierrette Desrosiers, psychologue

Comme psychologue, je rencontre des productrices et des producteurs agricoles pour régler différentes sortes de problématiques. Une thématique récurrente, c’est le besoin insatiable de reconnaissance.

Peu importe l’âge, le domaine d’emploi ou l’expérience de vie des gens, on retrouve les mêmes besoins psychologiques fondamentaux : aimer et être aimé, être reconnu, être accepté de ses pairs, de sa communauté et de sa tribu.

Le manque de reconnaissance est souffrant; que ce soit dans un conflit entre associés, entre parents-enfants ou dans un couple.

« Elle dit que je n’en fais jamais assez »

« Il chiale toujours quand ce n’est pas fait, mais jamais il ne remarque tout ce que je fais. »

« Elle ne me respecte pas. »

« Même si ça fait 35 ans que je suis producteur, tout ce que je dis ne vaut rien à ses yeux. »

« J’ai beau être formé à l’ITA, mon père rejette toutes mes idées. »

D’où vient ce besoin si vital d’être reconnu, entendu et accepté? Longtemps, on croyait que les besoins psychologiques (être aimé, reconnu, accepté) étaient secondaires aux besoins physiques (se nourrir, se loger, et procréer). Il semble toutefois qu’ils soient aussi essentiels.

Selon la théorie de l’évolution, tous les comportements dont nous avons hérité ont assuré à un moment donné la survie de l’espèce. Nous avons peur des bêtes féroces parce que nos ancêtres qui s’en approchaient ont fini en dîner. La peur des hauteurs? Elle a empêché nos ancêtres apeurés de…

Lisez la suite sur le site Web de Pierrette Desrosiers.

Réalisation de services-conseils durant la période de fermeture d’année financière des réseaux

Vous prévoyez signer un contrat de service avec un client d’ici le 31 janvier prochain et les services seront rendus dans l’intervalle de fermeture de l’année financière?

Comme toujours, vous devez inscrire l’intervalle réel des dates de réalisation sur votre contrat. Vous aurez par la suite l’opportunité de déposer une facture et un livrable pour les heures effectuées avant le 15 février 2020 en informant le réseau Agriconseils que le service continuera dans la prochaine année financière. Cette information est importante pour le réseau. Elle lui confirme que le contrat chevauche les années financières. Le réseau pourra transposer le contrat de service à l’année financière suivante en ajustant les montants prévus en fonction des sommes réclamées au 15 février.

Il est recommandé de contacter le réseau Agriconseils concerné pour vous assurer de la fluidité de cette démarche.

Fin de l’année financière 2019-2020 pour les réseaux Agriconseils

Vous offrez des services-conseils subventionnés en gestion, en technique de production, en valeur ajoutée ou en agroenvironnement? Assurez-vous d’avoir déposé les documents requis afin que votre client puisse bénéficier de l’aide financière du Programme services-conseils (PSC).

Pour vous aider dans cette démarche, consultez Les incontournables du PSC.

Pour connaître les dates maximales à respecter, référez-vous à ces informations publiées précédemment.

Produire un PAA, un plan d’action – mise à jour ou un plan d’action – suivi?

Avant de choisir un document dans Solstice, il est important de préciser votre besoin.

  • Sélectionnez « Plan d’action – Suivi » : pour le suivi d’actions réalisées dans le cadre du Programme services-conseils (PSC).

Pour le suivi d’actions réalisées dans le cadre du PSC, vous devez créer un Plan d’action – Suivi dans l’onglet « Créer – Modifier – Supprimer » du PAA dans Solstice. Ce plan d’action peut être dupliqué à partir d’un PAA d’une année antérieure ou être réalisé à partir d’un document vierge. Il n’y a pas d’obligation à dupliquer un PAA d’une année antérieure pour le produire. L’avantage est que les actions apparaissant dans le document de l’année antérieure apparaitront automatiquement dans le plan d’action de l’année courante. Si elles sont pertinentes, vous n’aurez pas à les sélectionner de nouveau. Il est possible d’ajouter une ou plusieurs actions au besoin en utilisant le bouton « Insérer ». Vous ne devez pas choisir le document PAA. Le Plan d’action – Suivi est l’équivalent de l’« accompagnement sans mise à jour » utilisé les dernières années.

  • Sélectionnez « Plan d’action – Mise à jour » : pour inscrire une action dans le plan d’action du producteur agricole dans le cadre d’une demande au programme Prime-Vert ou pour mettre à jour les actions du plan d’action avec le producteur agricole.

Vous devez créer le Plan d’action – Mise à jour dans l’onglet « Créer – Modifier – Supprimer » du PAA dans Solstice. Ce plan d’action peut être dupliqué à partir d’un PAA d’une année antérieure ou être réalisé à l’aide d’un document vierge. Il n’y a pas d’obligation à dupliquer un PAA d’une année antérieure pour produire un plan d’action. L’avantage est que les actions apparaissant dans le document de l’année antérieure apparaitront automatiquement dans le plan d’action de l’année courante. Si elles sont pertinentes, vous n’aurez pas à les sélectionner de nouveau. Vous ne devez pas choisir le document PAA. Sachez que l’aide financière maximale disponible pour la production de mises à jour du plan d’action est de 300 $ pour la durée du programme avec un maximum de 150 $ par année.

  • Sélectionnez « PAA » : pour faire un nouveau PAA dans le cadre du PSC 2018-2023.

Choisissez cette option seulement pour un client qui n’a pas encore de PAA ou un client qui désire refaire un PAA avant la fin de sa période de validité. Sachez que les PAA ont une validité de 7 ans. Ainsi, les entreprises agricoles dont le PAA a été réalisé en 2013 devront le refaire en 2020 s’ils désirent encore avoir accès à l’aide financière du PSC ou du programme Prime-Vert. Pour la durée du programme,  une aide financière maximale de 800 $ est disponible pour la production de PAA.

Les PAA et les plans d’action sont maintenant des documents complètement indépendants l’un de l’autre. Il n’y a plus aucun lien entre ces deux documents, sauf l’année de la réalisation du PAA. Dans ce cas, un lien existe par l’intermédiaire de la liste des éléments à améliorer. Ce lien n’existe que l’année de la réalisation du PAA. Les années subséquentes, le travail sera fait à partir des documents Plan d’action – Mise à jour ou Plan d’action – Suivi, selon le cas.