Essais de longue durée au CÉROM : effets de la fertilisation (4 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Dans le présent article, nous nous attarderons à l’effet de la fertilisation.

Sommaire de l’effet « fertilisation »

Selon les observations réalisées au cours des dix premières années de l’essai, la fertilisation minérale constitue un intrant fondamental en grandes cultures. L’azote constitue généralement l’élément le plus limitant à l’obtention de bons rendements en grandes cultures, hormis les légumineuses, bien sûr. Toutefois, l’importance de la fertilisation varie selon l’espèce ensemencée de même que l’utilisation ou non de la rotation de cultures. Bien entendu, les fluctuations annuelles des conditions météorologiques peuvent influencer fortement les rendements des cultures en favorisant ou non la contribution du sol par les processus de minéralisation…

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.