Essais de longue durée au CÉROM : effet des régies (2 de 6)

Source : Gilles Tremblay, conseiller en grandes cultures au MAPAQ à Saint Hyacinthe, MAPAQ – Collaborateur : Marie Bipfubusa, Ph. D., chercheure en régie des cultures au CÉROM

Au Québec, il existe peu d’études de longue durée dans le domaine agricole qui soient en cours de réalisation. L’une d’elle s’est amorcée en 2008 sur les terres du CÉROM, à Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie. Dans une série d’articles de blogue, nous présentons les résultats obtenus au cours des dix premières années de l’essai, soit pour la période de 2008 à 2017. Pour simplifier l’analyse et l’interprétation, nous nous limiterons à ne présenter que les données relatives aux parcelles ayant reçu uniquement de la fertilisation minérale dans le cadre d’une rotation de trois ans selon la séquence maïs-soya-blé. Les deux modes de gestion des résidus (exportation et intégration) sont combinées dans la présentation de nos résultats.

Il est généralement reconnu qu’il existe une période de transition lorsque l’on passe d’une régie conventionnelle vers une régie en semis direct. Cette période peut varier, en moyenne, de trois à cinq ans ou plus selon les caractéristiques du sol, du type de la rotation (durée, cultures, etc.) et, bien sûr, des conditions météorologiques.

Lisez la suite de l’article sur Agri-Réseau.