Céréales d’automne : un investissement payant!

Source : Bruce Gélinas, agr., conseiller régional en grandes cultures, MAPAQ
Collaborateurs : Ayitre Akpakouma, M.Sc. agr., Yvan Faucher, agr., Yves Dion, M.Sc. agr., Stéphanie Mathieu, agr., Véronique Samson, agr., Amélie Grondin, agr.

Dans le blé d’automne, une situation de pertes hivernales très sévères, plus grandes que 40 %, comme celle vécue en Montérégie en 2019, se produit environ une fois aux vingt ans. De façon générale, pour la Montérégie, la survie est supérieure à 70 % quatre années sur cinq1, 2.

Tout investissement comporte des risques et la culture des céréales d’automne ne fait pas exception. Il y a de bonnes et de mauvaises années. L’important n’est pas les fluctuations à court terme, mais bien les tendances lourdes permettant de savoir si l’entreprise sur laquelle on mise peut faire grossir notre portefeuille à long terme.

Avec un potentiel de rendement en grains et en paille de 25-40% supérieur aux céréales de printemps1, et un risque de fusariose moindre3, les céréales d’automnes…

Lisez la suite sur le site Web Agri-Réseau.