Participer à des projets, une expérience enrichissante!

La participation à des projets de démonstration ou de recherche est une expérience enrichissante. C’est ce qui ressort des témoignages des conseillers ayant participé au projet de réseau de vitrines à la ferme pour favoriser la réduction des risques liés aux pesticides en grandes cultures.

La Coordination services-conseils (CSC) a produit une vidéo sur l’expérience des conseillers et sur les différentes facettes des retombées de leur implication dans ce projet. Visionnez la vidéo.

Si les résultats des parcelles réalisées vous intéressent, ils sont disponibles sur le site Web de la CSC. Vous les retrouverez sur la page du projet, ainsi que la charte du projet, les protocoles et les vidéos synthèses des résultats.

Conseiller recherché pour le projet concernant la survie hivernale des luzernières

Vous avez des producteurs qui aimeraient connaître les facteurs qui influencent la mortalité de leurs luzernières? Participez à un projet de développement d’un outil d’aide à la décision concernant la survie hivernale des luzernières et leur persistance avec le chercheur Maxime Leduc.

En intégrant l’équipe déjà en place, vous aurez droit à des équipements tels qu’un iPad mini et un drone Mavic 2 pro, plus les formations nécessaires. Également, vous serez à l’affût des dernières recherches et aux premières loges pour l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les champs de luzerne.

Si vous désirez en savoir davantage, lisez l’article sur le projet ou communiquez avec Maxime Leduc à mleduc@jasonssystemesfourragers.com.

PAA et programme proAction des Producteurs de lait du Québec

Les conseillers pourraient recevoir plus de demandes de producteurs laitiers pour la réalisation de Plans d’accompagnement agroenvironnemental (PAA) découlant du programme proAction.

ProAction est un programme canadien de certification obligatoire développé par des producteurs de lait, des scientifiques, des médecins vétérinaires et des spécialistes de l’industrie. L’objectif de ce programme est de positionner le lait canadien auprès des consommateurs comme l’un des meilleurs au monde et répondant aux plus hautes normes.

L’Initiative proAction comprend 6 volets qui ont été intégrés au fil des ans : qualité du lait, salubrité des aliments (anciennement connu sous le nom LCQ), le bien-être animal, la traçabilité animale, la biosécurité et, finalement, l’environnement.

Le volet « environnement » entrera en vigueur le 1er septembre 2021. Au total, 5 nouvelles exigences seront évaluées par les agents de validation partout au Canada. Au Québec, étant donné que la réglementation en place respecte ou dépasse les exigences du volet, une reconnaissance de normes a été accordée pour les exigences 3, 4 et 5 portant sur la gestion des eaux de laiterie, l’entreposage et la gestion des fumiers. Ainsi, les deux exigences qui seront évaluées par les agents de validation sont les suivantes :

  • EN1 : Avoir un Plan d’accompagnement agroenvironnemental (PAA) ou l’équivalent d’un PAA valide;
  • EN2 : Avoir rempli le questionnaire environnemental en ligne sur la santé des sols, les gaz à effet de serre, les effluents d’ensilage et les déchets plastiques.

En vue de se préparer pour leur validation, les producteurs laitiers qui ne détiennent pas déjà un PAA valide pourront :

  • soit contacter leur agronome ou un réseau Agriconseils pour s’en faire référer un afin de réaliser un PAA;
  • soit remplir l’équivalent d’un PAA en utilisant une plateforme Web conçue à cet effet (au moment de la validation, ils devront présenter leur PAA ou leur certificat de conformité s’ils ont rempli un PAA équivalent).

Le PAA équivalent permet seulement de répondre à l’exigence EN1 du programme proAction. Les producteurs de lait seront informés que seul le PAA rempli et signé par un agronome les rend éligibles aux programmes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (Programme services-conseils et Prime-Vert).

Votre infolettre fait une pause

Notez que La Coordination services-conseils vous informe! fera relâche pour les vacances. La prochaine édition sera diffusée le 2 septembre prochain. 

Nous sommes heureux de vous compter parmi nos abonnés et espérons que notre bulletin est à la hauteur de vos attentes. Vos commentaires sont toujours les bienvenus à l’adresse info@coordination-sc.org.

Toute l’équipe vous souhaite un bel été!

Rappel | Sondage sur les besoins de perfectionnement des connaissances des conseillers horticoles de 1re ligne

Le volet 3 du Programme services-conseils prévoit une aide financière pour la réalisation de formations sur des connaissances de pointe et pour l’élaboration de nouveaux outils afin de permettre aux conseillers horticoles de 1re ligne de mieux accompagner leur clientèle.

Ainsi, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec vous invite à répondre à un sondage qui servira à préciser vos besoins pour le secteur horticole, afin de faire appel aux organismes pouvant répondre aux besoins que vous allez suggérer.

Veuillez remplir le sondage avant le 30 août 2021.

Des projets innovants pour valoriser les luzernières

Crédit : AAC | L’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Louis Dionne, Coordination services-conseils, M. Maxime Leduc, Ph. D., agr., M. Saifuzzaman, Université McGill, M. Cedric Macleod, Association Canadienne pour les plantes fourragères, M. Viacheslav I. Adamchuk, Ph. D., P. Eng, Université McGill, Mme Krystal Coddington, agr., Club agroenvironmental de l’Estrie et M. Marie-Antoine Roy, Bergeries Malvibois et Newport, lors de la conférence de presse du 19 juillet 2021 annonçant des investissements significatifs visant à soutenir les secteurs fourrager et herbager du Canada pour améliorer le rendement et la valeur nutritive du fourrage, à Sawyerville.

La Coordination services-conseils, en collaboration avec l’Association canadienne des plantes fourragères et de plusieurs chercheurs de différents horizons (Université McGill, INRS, Université du Wisconsin et Effigis), a débuté deux vastes projets déterminants pour la culture de la luzerne.

Le premier projet vise à mettre au point un outil permettant d’améliorer le rendement et la valeur nutritive du fourrage des champs de luzerne à l’aide de l’intelligence artificielle. Plus spécifiquement, ce projet permettra d’identifier les variables agronomiques, climatiques et les caractéristiques liées au sol affectant les rendements et la valeur nutritive de la luzerne. Éventuellement, cet outil pourra aussi prédire avec une bonne fiabilité le rendement potentiel et la valeur nutritive de la luzerne à partir d’analyses de sol et des conditions spécifiques d’un champ. Environ 80 entreprises du Québec et des provinces maritimes sont impliquées et plus de 20 conseillers y contribueront.

Le second projet vise le développement d’un outil d’aide à la décision concernant la survie hivernale des luzernières et leur persistance. Ainsi, nous souhaitons doter les producteurs d’un outil leur permettant de prédire la survie hivernale de leur luzernière. Pour y parvenir, le projet identifiera les zones et les facteurs liés à une faible survie et développera un algorithme permettant de prédire les impacts sur la survie et la persistance de pratiques ciblées en fonction des variables spécifiques à un champ. Plus de 245 entreprises agricoles sont impliquées dans ce projet, réparties dans les provinces suivantes : Québec, Ontario et Manitoba. Une trentaine de conseillers ont accepté de faire le lien avec ces entreprises et d’y recueillir une série d’informations selon des protocoles développés spécifiquement pour ce projet.

Pour réaliser ces ambitieux projets, l’Association canadienne des plantes fourragères a obtenu un financement de près de 2 millions de dollars dans le cadre du Programme canadien des priorités stratégiques de l’agriculture d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Partenaires et conseillers participants aux deux projets
Logos des partenaires et conseillers participants aux deux projets