Nouvel onglet sur le site Web de la CSC

La Coordination services-conseils (CSC) vous dévoile une nouvelle section portant sur les plantes fourragères sur son site Web. Des outils et des informations en lien avec la gestion des plantes fourragères y sont présentés.

La CSC profite de cette nouveauté pour vous annoncer la parution de quatre vidéos sur l’ajustement des faucheuses et une sur le semis des plantes fourragères, réalisées en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec.

Consultez dès maintenant l’onglet « Plantes fourragères » dans la page d’accueil du www.coordination-sc.org!

Agroenvironnement | Réclamation en cours d’année

Il est maintenant possible de générer la liste de NIM Réclamation en cours d’année à partir du logiciel Profil. Le dépôt de cette liste et des livrables au réseau Agriconseils permet d’obtenir 80 % du financement pour le travail réalisé. En guise de rappel des livrables et modalités du Programme services-conseils, consultez ce document.

Vous n’êtes pas prêt pour une réclamation et vous faites partie des dispensateurs qui n’ont pas encore déposé la liste prévisionnelle? Il est temps de le faire afin de réserver les aides financières en lien avec les entreprises figurant sur la liste.

Notez que le réseau sera en mesure d’effectuer le paiement en lien avec la réclamation, seulement lorsque les livrables seront reçus et conformes.

Détection de la résistance aux herbicides et fiches techniques des mauvaises herbes (CÉROM)

Le CÉROM présente les options offertes en 2018 pour la détection de la résistance aux herbicides au Québec et les fiches techniques des mauvaises herbes en grandes cultures.

Options offertes en 2018 pour la détection de la résistance aux herbicides au Québec

  • Duval, B., Flores-Mejia, S., Cuerrier, M. E., & Marcoux, A. (2018). La détection des mauvaises herbes résistantes au Québec : plusieurs options offertes en 2018. Bulletin d’information Général du RAP, 4(7 août 2017), 2. https://www.agrireseau.net/rap/documents/98415

Fiches techniques des mauvaises herbes en grandes cultures
Elles incluent de l’information sur l’identification et la biologie, ainsi que des différentes mesures de gestion en grandes cultures.

Réseau sentinelle azote au Québec

Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) ont mis sur pied un réseau de suivi pour la fertilisation azotée du maïs à l’échelle de la province. Cette initiative, unique au Québec et à laquelle les PGQ travaillent depuis deux ans, vise à évaluer avec le plus de précision possible la teneur en azote minéralisé disponible pour la plante en début de saison de culture, afin d’en optimiser l’apport.

Plus concrètement, le projet consiste à dresser un portrait de l’état de la minéralisation de l’azote, par région (les régions où le maïs est cultivé). Les indications sur les conditions pédoclimatiques prévalent à l’automne et l’hiver précédant la saison de culture représentent des critères déterminants identifiés par cette étude. Les différentes pratiques agronomiques à la ferme, comme les rotations de cultures, sont aussi des paramètres à rapporter. Parmi les objectifs d’évaluation spécifiques, on peut mentionner : la variation de la teneur de l’azote minéral disponible (nitrates) du début de la saison jusqu’au stade de 10 feuilles de croissance du maïs; la différence du rendement avec et sans apport d’azote en post-levée; le rendement atteint au final pour le champ ayant un apport en azote à la dose totale recommandée; et les écarts par rapport au rendement espéré des hybrides.

Pour 2018, officiellement l’an un de ce projet, qui s’étalera sur plusieurs années de collecte de données et de diffusion de résultats, au-delà de 60 sites d’évaluation sont sélectionnés dans différentes fermes du Québec. Des sites ont dû être abandonnés en cours de saison en raison de la non-conformité des exigences du protocole de recherche. L’objectif demeure de porter à 100 le nombre de sites de suivi au cours des prochaines années.

Le projet, initié et chapeauté par les PGQ, fait appel à l’expertise de plusieurs partenaires et collaborateurs. Le suivi, la réalisation du protocole de recherche et la collecte des données sont assurés par une équipe d’agronomes et de professionnels de 15 clubs-conseils en agroenvironnement (CCAE). Les données collectées par les CCAE sont mises à la disposition des agronomes participants pour qu’ils puissent les utiliser éventuellement dans leurs recommandations de fertilisation et dans le cadre de démonstrations de parcelles pour les producteurs de leur région.

Parmi les partenaires du milieu de la recherche en régie de cultures et fertilisation, responsables de la rédaction du protocole de recherche, la validation des données et l’encadrement scientifique d’étudiants, soulignons la contribution des chercheurs du CÉROM (Centre de recherche sur les grains), d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (Centre de recherche sur les grandes cultures de Sainte-Foy) et de l’Université McGill. Des partenaires du secteur privé sont aussi au rendez-vous; les deux représentants impliqués sont La Coop fédérée et SynAgri. La Coordination services-conseils est aussi un partenaire dans la réalisation du projet, ainsi que, bien sûr, les producteurs de maïs qui ont accepté d’implanter des parcelles dans leurs champs pour le mettre en œuvre.

Par ailleurs, il n’est pas exclu que d’autres collaborateurs s’ajoutent à la liste des partenaires. Le protocole de recherche pourrait également être partagé avec d’autres collaborateurs en vue d’élargir la portée des données collectées et que chacun puisse les utiliser. Les résultats seront diffusés chaque année.

Rapport d’essais sur une étude des aspects opérationnels, économiques et agroenvironnementaux du travail réduit des sols

Le Club Sols Vivants dans la région du Bas-Saint-Laurent a produit un rapport d’essais sur une étude des aspects opérationnels, économiques et agroenvironnementaux du travail réduit des sols.

Consultez la version PDF de ce document.

Pour obtenir une version imprimée, contactez M. Philippe Dionne à philippeldionne@gmail.com. Prenez note que des frais de livraison vous seront facturés.

Du nouveau au sein de l’équipe informatique

En mai dernier, Maxime Tétrault, analyste-programmeur à la Coordination services-conseils (CSC), nous a annoncé qu’il souhaitait relever de nouveaux défis. C’est donc avec regret que nous l’avons laisser partir au cours de l’été. Toute l’équipe de la CSC désire le remercier pour ses 17 années de service et les nombreuses réalisations auxquelles il a contribué. Nous lui souhaitons du succès dans tous ses projets.

Nous profitons de l’occasion pour féliciter Martin Brisebois qui occupe depuis le poste d’analyste-programmeur. Fort de l’expertise acquise dans le développement, entre autres de Profil et du site Web de mentorat, il sera responsable de la conduite des nombreux défis informatiques que la CSC aura à relever dans les prochains mois, notamment la programmation du nouveau PAA. Afin de l’appuyer, nous avons recruté deux nouveaux employés. Il s’agit de Sasha Bouchard, programmeur et Miechko Gibson Wyjadlowski, programmeur-analyste Web. Nous leur souhaitons la bienvenue au sein de l’équipe!

Découvrez le nouveau programme Prime-Vert 2018-2023!

Le programme Prime-Vert 2018-2023 est maintenant accessible. Les producteurs agricoles peuvent bénéficier, dès aujourd’hui, de nouvelles interventions admissibles à l’aide financière :

  • Équipements de gestion optimale de l’eau d’irrigation;
  • Ouvrages de stockage des déjections animales pour les entreprises de la relève;
  • Équipements permettant l’application en bande des matières fertilisantes dans les cultures horticoles;
  • Réalisation d’essais d’implantation de pratiques agroenvironnementales.

De plus, le taux d’aide peut atteindre jusqu’à 90 % pour certaines interventions réalisées par :

  • les entreprises détenant une précertification ou une certification biologique;
  • les entreprises de la relève;
  • les producteurs de bovins de boucherie situés dans les territoires ciblés pour les aménagements alternatifs;
  • les entreprises impliquées dans un projet d’approche de mobilisation collective.

Qu’est-ce que Prime-Vert?

Ce programme offre une aide financière aux producteurs pour réaliser des actions agroenvironnementales sur leur ferme.

Adopter des pratiques agroenvironnementales, c’est un PLUS pour votre entreprise!

Elles offrent plusieurs avantages, notamment :

  • diminuer l’exposition aux pesticides pour l’utilisateur et pour la population;
  • améliorer la qualité de la pulvérisation des pesticides afin d’éviter des applications inefficaces;
  • permettre une meilleure gestion de l’eau de ruissellement au champ et favoriser la santé des sols;
  • augmenter la portance des sols notamment en réduisant le risque de compaction;
  • augmenter le rendement des cultures (en qualité et en quantité) en diminuant les pertes de sols causées par l’érosion éolienne et hydrique;
  • réduire le lessivage des nutriments et des pesticides par une meilleure gestion de l’irrigation;
  • optimiser la récupération des éléments fertilisants;
  • diminuer la compétitivité des mauvaises herbes par le placement optimal des matières fertilisantes;
  • diminuer les risques de contamination de l’eau par une gestion adéquate des fumiers;
  • améliorer la qualité de l’eau en milieu agricole.

Pour en savoir plus sur les aides financières offertes par Prime-Vert, visitez le www.mapaq.gouv.qc.ca/primevert ou communiquez avec la direction régionale du Ministère.

Soulignons que le Programme services-conseils est issu de l’Accord-cadre fédéral-provincial-territorial du Partenariat canadien pour l’agriculture.